La presse en parle

Des articles de presse :
Sud Ouest :
Quel Pays basque en 2048 ?

Quel Pays basque en 2048 ?

Le roman raconte le Pays basque en 2048. Une nouvelle République autoritaire est née, qui a donné, depuis longtemps, la priorité à l’économie de marché plutôt qu’à la protection des plus faibles. Les plus riches vivent dans des zones privées, à l’abri des effets du changement climatique. La fin des énergies fossiles est imminente.
Lire la suite

Sud Ouest :
Pour des rapports humains solidaires
Pour des rapports humains solidaires

Si les grandes lignes du 3e tome des « Gordeak » (« Les Cachés ») étaient dessinées dès les premiers jets d’écriture du premier opus de la série, « Le Signal », de Martine Bouchet, est à présent disponible dans les librairies locales. Rencontre avec la romancière mouguertarde.
Lire la suite

Un roman au futur pour parler du présent
Un roman au futur pour parler du présent
En couverture, une aquarelle rappelle les quais de Nive à Bayonne.©

 Martine Bouchet, Mouguertarde forte de nombreux engagements citoyens, vient de faire paraître son premier roman « Gordeak – La lettre cachée », aux éditions Elkar.
Lire la suite 

 

  Eklektika :
‘GORDEAK’ DE MARTINE BOUCHET : L’APPEL À RÉSISTER CONTRE UN PAYS BASQUE D’ORWELL NOYÉ SOUS LES EAUX

 

 

 

gordeak-martine-bouchet-une

Sorti le 5 mai dernier, Gordeak, premier roman de Martine Bouchet, se lit comme une pique de rappel contre un Pays Basque fictionnel, livré à la tyrannie d’un 1984 façon Orwell, avec les bouleversements climatiques comme catalyseur.

Lire la suite

Mediabask
Martine Bouchet : « tout le monde peut passer de spectateur à acteur »
MARTINE BOUCHET, ECRIVAIN

Martine Bouchet présente son premier roman d’anticipation ‘Gordeak’. Elle plonge ses lecteurs dans un Pays Basque des années 2048, gouverné par une Nouvelle République autoritaire et jacobine. Privatisation, privation, puçage, répression et bouleversement climatique est la nouvelle devise républicaine. Un groupe de résistants refuse pourtant de se soumettre.

ARGITXU DUFAU|22/08/2015|